About

About the Methodological Approach and Scope of the Southwest Ontario Economic Impact Study

Here you will find the methodology and research information concerning the Southwest Ontario Economic Impact Study performed by Aviseo Consulting and commissioned by the Canadian Fuels Association in 2018.

 

The static assessment

The static economic and fiscal impact analysis was designed to measure the impact of an activity on the economy and government finances. It provided information on the impact of this activity on the labour market, economic growth (in terms of increased domestic production), and the financial framework of governments.

An evaluation of the economic benefits of the refineries’ operations and capital expenditures was carried out in three main stages:

Expenditure structure

From the data provided by Suncor, Shell and Imperial on the investment and operating activities, it was possible to establish the extent of the economic shock.

Modeling

Using an intersectorial (EcoTec Intersectoral) model for Ontario, the economic interactions between refining operations and other industries on the Ontario territory were reconstructed.

Results analysis

The simulations carried out made it possible to estimate direct, indirect and induced economic benefits. The model results were then structured to reflect the refineries’ own financial structure.

The results presented should be considered conservative. When a hypothesis was required, Aviseo chose the most prudent option.

Additional information:

  • The economic spinoffs are estimated for Ontario and are divided into two main categories: direct effects and indirect effects. Some induced effects are also accounted for, but will be associated only with the regional portion of estimated direct and indirect revenues that exceeds the average income of the Lambton and Haldimand-Norfolk regions.

  • In assessing government revenues, Aviseo did not consider the amounts associated with public social insurance contributions. In fact, those contributions are intended to self-finance the programs for which they are collected and do not give any leeway to the province. For example, they include employee and employer contributions to various social security funds such as the ORPP and Employment Insurance.

  • The work for this study was performed between July and November 2018. While every effort has been made to ensure the accuracy of the information contained in the report, there can be no certainty that such information will always be relevant or accurate in the future.

 

The dynamic assessment using the EcoTec Intersectoral model

To assess the hypothetical “What if” impact of closing refineries in Ontario, estimates using EcoTec’s intersectoral model were used.

  • The intersectoral model is an instrument that can simulate the effects of a shock to the Ontario economy. In this study, the shock is mainly characterized by the operation and investment activities of the southwestern Ontario refineries.

  • EcoTec’s model assess the nature of the economic benefits of an activity based on a detailed knowledge of the value of trade in goods and services between the various productive sectors of the Ontario and Canada economy, in addition to establishing the value of income transfers between agents (income tax, indirect taxes, etc.).

  • Two branches of the EcoTec model were used for this study: the interprovincial model (which calculates the economic benefits by province) and the inter-county model (which calculates the economic benefits by county in Ontario).

  • The county model operates in parallel with the interprovincial model and has the same number of goods and services (295) and industries (117). This parallel operation ensures that the model remains in equilibrium and that the sum of the economic benefits by county is the same or very close to the data for the province of Ontario generated by the interprovincial model.

  • The EcoTec model estimates, in successive rounds, the economic impacts of an expenditure made in the context of a project or an activity, by determining how the additional demand for goods and services is spread between the productive sectors solicited.

  • This distribution of impacts is based on a successive redistribution of revenues and expenditures and in each cycle of spending, the amount of money remaining in the economy decreases because of three main factors: imports of goods and services, taxes levied by governments, and savings of owners and businesses.

  • Overall, EcoTec’s intersectoral model is a simplified representation of the Ontario economy. As a result, it does not integrate all the economic phenomena that may exist and is based on assumptions that must be known in order to be able to correctly interpret its results.

  • The main assumption and constraint considered in the modeling process of the cross-sectoral analysis is that industries have the capacity to achieve the output required by the additional demand for goods and services and do not require, unless otherwise stated, new investment in construction or additional purchases of machinery and equipment.

  • Also, the model operates in a static way, which implies that estimates are made on the basis of a fixed structure of exchanges between companies. Thus, it does not take into account economies of scale that may arise, for example, from a large demand from a single supplier.

  • Moreover, it does not take into account price changes as a result of a change in the supply or demand for a good or service.

 

Definitions

Direct effects

The direct effect is the impact on the economy attributable to the item being analyzed, that is, the companies who operate the refineries. It is associated with the immediate effects of the expenditures under study. For example, it refers to wages paid to employees on the payroll or to gross operating profits.

Indirect effects

The indirect effects result from the demand for goods and services necessary for the operation of the refineries and which is covered by the Ontario supply chain. These effects include, for example, the demand for intermediate goods from various suppliers of operating activities (e.g. spare parts, professional services, specialized technical services, transportation services). Following the same dynamics of interaction between the direct activity studied and the activity triggered with the first suppliers, the indirect effects also include the added value associated with suppliers of suppliers. The distribution of demand for goods and services in Ontario’s productive sectors is thus done in successive rounds. The fewer imports a given industry will require for these inputs, or the more the initial spending shock will involve industries in the area, the greater the indirect economic benefits will be.

Induced effects

The induced effects show economic impacts from direct and indirect employee consumption expenses.

Value Added and Gross Domestic Product (GDP)

Gross Domestic Product (GDP) is an indicator that measures the added value of goods and services produced by economic agents in a region over a given period. When a company manufactures a product or provides a service, it is not the manufacturer of everything that makes up the product or service. Generally, raw materials and semi-finished or finished products were bought in, in addition to having obtained the services of other companies (intermediate consumptions) to ensure its own production. From a macroeconomic point of view, whether direct or indirect, value added essentially consists of gross operating profit and the wage bill. Finally, since GDP is usually presented as an annual flow of production, it is generally not appropriate to present the sum of the GDP of an activity over more than one year.

Full-time equivalent (FTE) in person-year unit

A person-year is defined as a person working a number of hours normally worked in a given sector for a year. For example, the number of person-years makes it possible to count common basis full-time workers, those working overtime, those working part-time and seasonal employees. For example, for an employee who has worked for 3 months for a total of 600 hours, if the employees in the sector have 40-hour weeks on a regular basis, the full-time equivalent associated with this worker is: 600 hours / (52 weeks * 40h / week) = 0.29 person-years.

CAGR

The compound annual growth rate (CAGR) is the average annual growth rate of an indicator over a given period.

 
Some video elements by Norm Li

 
 
 
 
For more information, contact us
 
 
 

Qui nous sommes

À propos de l’approche méthodologique et de la portée de l’étude portant sur l’impact économique des raffineries de la région du sud-ouest de l’Ontario

Vous trouverez ici de l’information sur la méthodologie et les recherches relatives à l’étude portant sur l’impact économique des raffineries de la région du sud-ouest de l’Ontario menée par Aviseo Conseil et commandée par l’Association canadienne des carburants en 2018.

Évaluation statique

L’analyse statique de l’économie et de l’incidence fiscale a été conçue pour mesurer l’incidence d’une activité sur l’économie et les finances du gouvernement. Elle fournit de l’information sur l’incidence de cette activité sur le marché du travail, la croissance économique (en termes de production intérieure accrue) et le cadre financier des gouvernements.

Une évaluation des avantages économiques des activités et des dépenses d’immobilisations des raffineries a été effectuée en trois étapes principales :

Structure des dépenses

En se fondant sur les données fournies par Suncor, Shell et Impériale sur leurs activités d’investissement et d’exploitation, il est possible d’établir l’étendue du choc économique.

Modélisation

L’utilisation d’un modèle intersectoriel (EcoTec Intersectoral) pour l’Ontario a permis de reconstruire les interactions économiques entre les activités de raffinage et les autres industries dans le territoire ontarien.

Analyse des résultats

Les simulations effectuées ont permis de faire une estimation des avantages économiques directs, indirects et induits. Les résultats du modèle ont ensuite été structurés de manière à refléter la structure financière même des raffineries.

Les résultats présentés doivent être considérés comme des estimations prudentes. Lorsqu’une hypothèse était requise, Aviseo a retenu l’option la plus prudente.

Renseignements supplémentaires :

  • Les retombées économiques sont estimées pour l’Ontario et sont divisées en deux principales catégories : les effets directs et les effets indirects. Il a également été tenu compte de certains effets induits, mais ceux-ci ne seront associés qu’à la portion régionale des recettes directes et indirectes estimatives qui dépassent le revenu moyen des régions de Lambton et de Haldimand-Norfolk.

  • En évaluant les recettes du gouvernement, Aviseo n’a pas tenu compte des montants associés aux cotisations aux régimes d’assurance sociale versées par la population. En fait, ces cotisations sont destinées à autofinancer les programmes dans le cadre desquels elles sont prélevées et n’accordent aucune marge de manœuvre à la province. Par exemple, elles comprennent les cotisations versées par les employés et les employeurs à divers fonds de sécurité sociale comme le RRPO et l’assurance-emploi.

  • Le travail lié à cette étude a été exécuté entre juillet et novembre 2018. Bien que tous les efforts aient été déployés pour assurer l’exactitude de l’information contenue dans le rapport, il n’existe aucune certitude que cette information soit toujours pertinente ou exacte dans le futur.

 

Évaluation dynamique à l’aide du modèle EcoTec Intersectoral

Pour évaluer l’incidence hypothétique de la fermeture des raffineries en Ontario, des estimations ont été faites au moyen du modèle intersectoriel d’EcoTec.

  • Le modèle intersectoriel est un instrument qui peut simuler les effets d’un choc imposé à l’économie de l’Ontario. Dans cette étude, le choc est principalement caractérisé par les activités d’exploitation et d’investissement des raffineries situées dans le secteur sud-ouest de l’Ontario.

  • Le modèle d’EcoTec évalue la nature des avantages économiques d’une activité, inspiré d’une connaissance fine de la valeur de l’échange de biens et de services entre les divers secteurs productifs de l’économie de l’Ontario et du Canada, en plus d’établir la valeur des transferts de revenus entre agents (impôt sur le revenu, impôts indirects, etc.).

  • Deux branches du modèle EcoTec ont été utilisées pour cette étude : le modèle interprovincial (qui calcule les avantages économiques, par province) et le modèle intercomté (qui calcule les avantages économiques, par comté en Ontario).

  • Le modèle intercomté fonctionne en parallèle avec le modèle interprovincial et comporte le même nombre de biens et services (295) et d’industries (117). Cette exploitation en parallèle permet de s’assurer que le modèle demeure en équilibre et que la somme de tous les avantages économiques par comté est la même ou très semblable à celle des données pour la province de l’Ontario obtenues au moyen du modèle interprovincial.

  • Le modèle EcoTec fait une estimation, en cycles successifs, des avantages économiques d’une dépense faite dans le contexte d’un projet ou d’une activité, en déterminant comment la demande additionnelle de biens et de services est répartie entre les secteurs productifs sollicités.

  • Cette répartition des impacts est fondée sur une redistribution successive des recettes et des dépenses et, dans chaque cycle de dépenses, le montant d’argent qui reste dans l’économie diminue en raison de trois principaux facteurs : les importations de biens et de services, les impôts prélevés par les gouvernements et les économies réalisées par les propriétaires et les entreprises.

  • Dans l’ensemble, le modèle intersectoriel d’EcoTec est une représentation simplifiée de l’économie de l’Ontario. Par conséquent, il n’incorpore pas tous les phénomènes économiques qui pourraient exister et il est fondé sur des hypothèses qui doivent être connues pour être en mesure d’interpréter correctement les résultats.

  • La principale hypothèse et contrainte dont il est tenu compte dans le processus de modélisation de l’analyse intersectorielle c’est que les industries ont la capacité d’atteindre la production requise par la demande additionnelle de biens et de services et n’ont pas besoin, sauf indication contraire, de nouveaux investissements en construction ni d’achats supplémentaires de machines et d’équipement.

  • Aussi, le modèle fonctionne de façon statique, ce qui implique que les estimations sont basées sur une structure fixe d’échanges entre compagnies. Ainsi, il ne tient pas compte des économies d’échelle qui pourraient survenir, par exemple, d’une demande importante émanant d’un seul fournisseur.

  • Qui plus est, il ne tient pas compte des changements de prix découlant de la fluctuation de l’offre ou la demande pour un bien ou un service.

Définitions

Effets directs

Un effet direct correspond à l’incidence sur l’économie attribuable à l’élément analysé, c’est-à-dire, les compagnies qui exploitent les raffineries. Il est associé aux effets immédiats des dépenses visées par l’étude. Cela fait référence, par exemple, aux salaires versés aux employés sur la liste de paie ou aux bénéfices bruts d’exploitation.

Effets indirects

Les effets indirects résultent de la demande des biens et des services qui sont essentiels à l’exploitation des raffineries et qui est couverte par la chaîne d’approvisionnement de l’Ontario. Ces effets comprennent, par exemple, la demande de biens intermédiaires provenant de divers fournisseurs d’activités d’exploitation (p. ex., pièces de rechange, services professionnels, services techniques spécialisés, services de transport). En respectant la même dynamique d’interaction entre l’activité directe étudiée et l’activité engendrée avec les premiers fournisseurs, les effets indirects incluent également la valeur ajoutée associée aux fournisseurs des fournisseurs. La répartition de la demande de biens et de services dans les secteurs productifs de l’Ontario se fait donc en cycles successifs. Moins une industrie donnée aura besoin d’importations pour ces intrants, ou plus le choc occasionné par les dépenses initiales touchera les industries dans la région, plus les avantages économiques indirects seront importants.

Effets induits

Les effets induits montrent les répercussions économiques découlant des dépenses de consommation directes et indirectes des employés.

Valeur ajoutée et produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) est un indicateur qui mesure la valeur ajoutée des biens et des services produits par les agents économiques dans une région sur une période donnée. Lorsqu’une compagnie fabrique un produit ou fournit un service, elle n’est pas le fabricant de tout ce qui compose le produit ou le service. En général, les matières premières et des produits semi-finis ou finis ont été achetés, et des services ont été obtenus d’autres compagnies (consommations intermédiaires) pour assurer leur propre production. D’un point de vue macroéconomique, fût-elle directe ou indirecte, la valeur ajoutée se compose essentiellement des bénéfices bruts d’exploitation et de la masse salariale. Finalement, puisque le PIB est habituellement présenté comme un rythme de production annuelle, il n’est généralement pas approprié de le présenter comme la somme du PIB d’une activité sur plus d’un an.

Équivalent temps plein (ETP) par unité d’année-personne

Une année-personne est définie comme étant une personne qui travaille pendant le nombre d’heures normalement travaillé dans un secteur donné pendant un an. Par exemple, le nombre d’années-personnes permet de compter le nombre de travailleurs à temps plein sur une base commune, le nombre de travailleurs qui font des heures supplémentaires, le nombre de travailleurs à temps partiel et les employés saisonniers. Prenons l’exemple d’un employé qui a travaillé pendant trois mois pour un total de 600 heures – si les employés de ce secteur travaillent des semaines de 40 heures sur une base régulière, l’équivalent temps plein associé à cet employé se calcule comme suit : 600 heures / (52 semaines * 40 h / semaine) = 0,29 année-personne.

TCAC 

Le taux de croissance annuel composé (TCAC) correspond au taux de croissance moyen d’un indicateur sur une période donnée.

Pour de plus amples renseignements, contactez-nous.